Home Société Soudan du Sud : Barack Obama veut des sanctions

Soudan du Sud : Barack Obama veut des sanctions

C'est une nouvelle étape dans les relations entre les Etats-Unis et le Soudan du Sud, déjà affectées par la guerre civile qui se déroule en ce moment. Barack Obama a ouvert la voie à des sanctions contre toute personne qui mettrait en péril les efforts visant à restaurer la paix dans le pays.

250
0
SHARE
Le président américain, Barack Obama (Crédits: Center for American Progress Action Fund)

C’est acté, le président des Etats-Unis, Barack Oama a signé les décrets permettant aux administrations du pays de geler les avoirs mais aussi d’interdire de visas, tous les responsables et autres personnes, dans le gouvernement mais également du coté des rebelles au Soudan du Sud. La Maison Blanche a confirmé par communiqué cette décision qui démontre donc un renforcement de la pression exercée sur Juba, alors que la situation n’a de cesse de s’empirer. Cette décision intervient seulement deux semaines après que les USA mais également l’Union européenne ont averti le gouvernement sud-soudanais et les rebelles fidèles à l’ancien vice président Riek Machar, qu’ils pourraient être la cible de sanctions si aucune avancée n’était constatée dans le processus de paix. Il était aussi question de respecter le cessez-le-feu qui a été signé et de se remettre à la table des négociations. Mais devant l’insistance du gouvernement du Soudan du Sud mais également des rebelles, les occidentaux affirment ne plus avoir le choix que de procéder à des sanctions ciblées pour obliger les responsables à discuter. « Les Etats-Unis ne resteront pas inertes au moment où les responsables de l’avenir du Soudan donnent la priorité à leurs propres intérêts aux dépens de ceux de leur peuple » a déclaré Jay Carney, porte-parole de la Maison Blanche. La position de Washington est très claire, soit tous les acteurs du conflits se réunissent et trouvent une solution, soit les Etats-Unis sanctionneront et cesseront de soutenir le tout jeune Etat.

Une situation qui s’aggrave

Cette décision de Barack Obama intervient alors que la situation sur place devient intenable. Depuis décembre dernier ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont mortes dans le conflit qui oppose le président actuel, Salva Kiir et son opposant de toujours, Riek Machar. Presqu’un million de personnes ont également été déplacées posant des problèmes humanitaires très importants. Face au défi que représente la paix, le pays est également asphyxié en terme économique. L’exportation de pétrole est directement victime du conflit et pour l’heure personne ne sait d’un jour à l’autre si l’approvisionnement pourra être respecté. Washington a mis en avant le fait qu’il s’agissait ici d’un combat entre deux hommes qui défendent leurs propres intérêts. En vue de l’élection présidentielle qui devrait intervenir l’an prochain, il semblerait que l’actuel chef de l’Etat a voulu se prémunir d’une éventuelle candidature de son principal opposant en l’accusant d’avoir mis en place une tentative de coup d’Etat. Ce dernier a nié affirmant que Salva Kiir voulait seulement « faire le ménage » pour être certain d’emporter le scrutin. Chaque camp a donc pris les armes entraînant de facto le pays dans une guerre civile meurtrière.

Alors qu’un nouveau cycle de discussions a débuté en Ethiopie pour parvenir à un accord, le cessez-le-feu signé en janvier dernier ne cesse d’être violé par les deux parties. Aucune issue rapide n’est envisagée pour une sortie de crise et pendant ce temps les combats se poursuivent et le Soudan du Sud hypothèque chaque jour un peu plus son avenir.

Lotfi Lounes

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here