Home Uncategorized Six lions tués par des Maasaï dans le nord de la Tanzanie

Six lions tués par des Maasaï dans le nord de la Tanzanie

30
0
SHARE

Six lions ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans le nord de la Tanzanie par des jeunes Maasaï en colère après l’attaque d’une étable, a affirmé le gouvernement. En Tanzanie, comme au Kenya voisin, la cohabitation est de plus en plus difficile entre la population et la faune.

« Nous sommes peinés d’apprendre que six lions, une espèce menacée d’extinction, ont été tués pendant la nuit dans le district de Babati par des citoyens », a déclaré le ministre tanzanien du Tourisme et des Ressources naturelles, Lazaro Nyalandu, devant la presse à Arusha (nord).

Selon le ministre, les félins avaient attaqué des ânes dans une étable, après être sortis très probablement du parc de Tarangire, situé à une centaine de kilomètres d’Arusha. Alertés, de jeunes Maasaï, dont quatre ont été blessés, sont accourus, armés pour l’essentiel d’arcs et de flèches.

Enquête ouverte
Les rangers du parc Tarangire sont intervenus, mais ont reculé devant la force numérique des jeunes éleveurs dont, au moins un, était aussi armé d’un fusil, a ajouté le ministre.

Ces éleveurs maasaï habitent dans un corridor qui sépare deux réserves naturelles tanzaniennes, les parcs Tarangire et Manyara, et où transitent souvent des animaux sauvages.

Le ministre a ajouté qu’une enquête avait été ouverte en vue de retrouver les tueurs des six lions et les traduire en justice.

Cohabitation adifficile
En raison d’une proximité croissante, les lions notamment s’attaquent de plus en plus souvent au bétail, provoquant des opérations de représailles de la population.

En 2012, des habitants des environs de la capitale kényane Nairobi avaient ainsi tué à coups de lances six lions et lionceaux qui s’étaient aventurés hors du parc national voisin. Les lions avaient auparavant tué des chèvres dans un hameau voisin.

Or, en Tanzanie comme au Kenya, les animaux sauvages et les parcs nationaux constituent une ressource essentielle pour l’économie.

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here