Home À LA UNE Sénégal : demande de liberté provisoire pour Khalifa Sall, le maire de...

Sénégal : demande de liberté provisoire pour Khalifa Sall, le maire de Dakar

95
0
SHARE

Près d’une semaine après l’incarcération à la prison de Rebeuss du maire de Dakar, Khalifa Sall, ses avocats promettent de déposer une demande de liberté provisoire sur la table du doyen des juges.  Cela fait suite à l’audition de leurs clients sur le fond du dossier relatif à la caisse d’avance de la mairie de Dakar. La demande de liberté provisoire doit intervenir ce lundi 20 mars.

Par Abdou Diaw, correspondant à Dakar

Les avocats du maire de la capitale sénégalaise, Khalifa Sall, se montrent plus que jamais déterminés à libérer leur clients et compagnie. Ils l’ont fait savoir, hier vendredi, à l’issu de l’audition du premier Magistrat de la ville de Dakar et son directeur de cabinet. « Avec mes collèges avocats, nous allons introduire une demande de liberté provisoire pour notre client afin de lui permettre de regagner sa famille », confie Me Clédor Ly, un des conseillers juridiques de Khalifa Sall. Il ajoute que toutes les procédures légales seront engagés immédiatement pour élargir leur client de la prison. A son avis, ce serait une « grande honte » pour la Justice si le Doyen des Juges décide d’amener cette affaire en procès. « C’est une cabale politique, la justice a été embarquée dans cette affaire », regrette Me Clédor Ly.

Ambition présidentielle hypothéquée !

Nombreux sont les observateurs qui considèrent cette arrestation de Khalifa Sall comme une manière de lui empêcher de se présenter au nom du Parti socialiste (Ps) à la prochaine élection présidentielle. En effet, cette formation politique est aujourd’hui plus que jamais marquée par de profondes divisions. Si une partie des responsables (dont le secrétaire général du parti Ousmane Tanr Dieng) soutient la politique du Chef de l’Etat, l’autre constituée de frondeurs (à sa tête, Khalifa Sall) souhaite présenter un candidat aux joutes électorales de 2019. Selon Me Ly, l’enquête du juge a renforcé sa conviction selon laquelle ce dossier est «une cabale politique et que son client n’a rien fait ». Ill convient de rappeler que le Procureur de la République, Bassirou Guèye, lors d’un point de presse, tenu le 3 mars dernier, soutenait avoir reçu le rapport n°12/2016 du 24 mars 2016 de l’Inspection générale d’Etat qui demandait, dans sa recommandation n°1, l’ouverture d’une information pour élucider la manière dont les fonds de la caisse d’avance ont été gérés. « Cette inspection a eu à relever un montant de 1,830 milliard de Fcfa qui a été dépensé sans que justification ne soit faite. Devant une telle recommandation, j’étais obligé de saisir les enquêteurs pour élucider l’affaire. C’est ainsi que la Division des investigations criminelles a été saisie pour commencer l’enquête », précisait Bassirou Guèye.  Par la suite une ordonnance de placement sous mandat de dépôt a été notifiée à Khalifa Sall avant d’être incarcéré puis placé sous mandat de dépôt. Le maire de Dakak fait l’objet de quelques chefs d’accusations. Il s’agit, précise le procureur de la République, de détournement de deniers publics, de escroquerie portant sur des derniers publics, de complicité de faux en écriture de commerce, de faux et usage de faux en écriture publique et de blanchiment de capitaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here