Home À LA UNE Rapport OCDE-BAD-PNUD 2014 : l’Afrique, un pôle de résilience et de croissance...

Rapport OCDE-BAD-PNUD 2014 : l’Afrique, un pôle de résilience et de croissance

52
0
SHARE
(@Afriqueinside)

« Par l’Afrique, pour l’Afrique ? Industrialisation et intégration pour une croissance inclusive ». C’était le thème choisi par le Centre de développement de l’OCDE pour son 14ème Forum Économique International sur l’Afrique. L’Organisation de coopération et de développement économique a dévoilé un nouveau Plan d’Action pour l’Afrique en partenariat avec l’Union africaine.

Une première à l’OCDE, la présence de la Commission de l’Union Africaine représentée par sa présidente Mme Nkosazana Dlamini-Zuma. Par sa voix, l’Union africaine s’est engagée à assurer un dialogue de haut niveau avec le centre de développement de l’OCDE sur les engagements pris par l’institution panafricaine en matière d’intégration et de transformation au cours des prochaines années. Ainsi l’OCDE et l’UA ont signé un accord formel dans ce sens. Celui-ci prévoit un Plan d’Action pour l’Afrique qui s’inscrit dans le cadre des partenariats et des activités du Centre avec ses pays membres et les institutions en Afrique. Outre ce temps fort, le Forum économique annuel sur l’Afrique de l’OCDE est l’occasion de faire le point sur les perspectives économiques du continent. Un rapport 2014 très attendu, rédigé conjointement tous les ans par la Banque africaine de développement (BAfD), le Centre de développement de l’OCDE et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Résultat : l’Afrique résiste aux chocs intérieurs et extérieurs, elle est sur le point de connaître une solide croissance économique. Principal signe de la résilience africaine : les perspectives macroéconomiques toujours favorables, grâce à un taux de croissance moyen qui s’est maintenu autour de 4 % en 2013 supérieure aux 3% de croissance enregistrés par l’économie mondiale.

Perspectives de croissance de 5 à 6% en 2015

ES CHAÎNES DE VALEUR MONDIALES ET L’INDUSTRIALISATION DE L’AFRIQUE(@OCDE.org)
LES CHAÎNES DE VALEUR MONDIALES ET L’INDUSTRIALISATION DE L’AFRIQUE(@OCDE.org)

 

La croissance du continent devrait s’accélérer à 4,8 % en 2014 pour atteindre 5 à 6 % en 2015, des niveaux jamais atteints depuis la crise économique mondiale de 2009. Le rapport 2014 salue une croissance économique plus diversifiée, tirée par la demande intérieure, les infrastructures et des échanges de produits manufacturés de plus en plus soutenus à travers le continent.« S’ils veulent inscrire la croissance économique dans la durée et s’assurer qu’elle profite au plus grand nombre, les pays africains doivent poursuivre leurs efforts pour restaurer les soupapes du moteur économique et continuer à gérer les facteurs macroéconomiques avec précaution. La moindre imprudence de leur part peut nuire aux perspectives de croissance » a toutefois prévenu Mthuli Ncube, Chef économiste et vice-président de la Banque africaine de développement. En effet pour parvenir à maintenir son niveau de progression, l’Afrique doit initier des réformes nécessaires afin de rendre cette croissance plus inclusive et plus durable. Elle doit par exemple favoriser l’insertion des entreprises africaines dans les chaînes de valeur mondiales et régionales afin de stimuler la création de nouveaux emplois, ou encore adopter des politiques territoriales innovantes afin de soutenir un développement régional équilibré et tirer le meilleur parti des dynamiques émergentes entre villes et campagnes. C’est dans cette optique que le Plan d’Action pour l’Afrique de l’OCDE prévoit de lancer des études par pays afin d’élaborer des stratégies de développement propres à chacun. La Côte d’Ivoire est le premier pays de la série, et sera suivie par le Maroc entre autres…

 

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here