Home À LA UNE Pour une coopération émergente entre Cuba et l’Afrique

Pour une coopération émergente entre Cuba et l’Afrique

51
0
SHARE

Le retour en grâce de Cuba dans le concert des nations s’opère progressivement, avec les offensives diplomatiques des grandes puissances telles que les Etats-Unis ou encore la France mais aussi l’Union Européenne. Cet activisme politique pour la destination Cuba pose plusieurs interrogations sur la nouvelle donne diplomatique de Barack Obama, ses homologues occidentaux, et sur les possibilités économiques et stratégiques de coopération avec l’île tropicale.

A cet effet, quelle est la place de l’Afrique, qui historiquement a toujours entretenu des relations avec Cuba dont le positionnement anticolonialiste et anti-impérialiste, avait les faveurs des pouvoirs et des élites du continent noir ? Au-delà de l’idéologie, tous les signaux pour une coopération réelle de développement économique sont au vert pour que Cuba et l’Afrique réinventent la coopération des nations émergentes.

L’Afrique et Cuba, un pacte au nom de la solidarité tiers-mondiste

cuba_africa1_lead-300x142Les mêmes causes produisant parfois les mêmes effets, l’Afrique noire des années 1960 essentiellement, en lutte pour l’acquisition de ses indépendances, avait su trouver en Cuba aux prises avec les Etats-Unis un allié de poids. Fidel Castro a toujours soutenu les révolutionnaires africains tels qu’Amilcar Cabral, Patrice Lumumba, Agostinho Neto ou encore le héros de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela. La collaboration ne relevait pas du romantisme révolutionnaire mais elle a été concrètement soutenue par l’envoi de forces militaires cubaines en soutien aux combattants de la liberté.

Ces guérilleros cubains appelés encore les Internationalistes* ont véritablement combattu aux côtés de leurs frères d’armes africains. Cuba, une odyssée africaine, un excellent documentaire de Jihan El Tahri rappelle la « belle histoire » des indépendantistes unis pour pousser hors des frontières le colon dominateur. Il n’est pas inutile de rappeler que l’ombre de Che Guevara a également plané sur les révolutions africaines, et particulièrement celle du Congo de Laurent Kabila qui s’est toujours « vanté » d’avoir combattu aux côtés de la légende latino-américaine.

Ainsi, le mythique Che, avec plus ou moins de succès, aurait arpenté dans les années 1960 en plus des deux Congo, la Tanzanie, l’Égypte, le Mali, le Ghana, la bouillante Guinée de Sékou Touré, portant le message de la libération des opprimés contre les colonialistes.

L’embuscade de la France… avant l’entrée en scène des États-Unis

Le récent voyage de François Hollande en mai, à la faveur de sa tournée caribéenne, et sa rencontre avec le « Lider Máximo » Fidel Castro sont des indicateurs probants d’un rapprochement avec l’un des plus vieux pays qui professe avec un enthousiasme suranné son idéologie socialiste, mais qui de fait est ouvert au marché depuis plusieurs décennies.

À cet effet, la realpolitik de la diplomatie française se veut limpide sur le sujet : Cuba est également attractive économiquement. Stratégiquement, la France est une puissance régionale dans les Caraïbes mais aussi elle ne souhaite pas laisser aux Américains le leadership du rebond commercial et économique que représenterait à court terme Cuba dégagé de ses contraintes internationales. En tout cas, officiellement…Dans ce jeu de poker géopolitique et économique, l’Afrique a tout intérêt à densifier ses relations avec Cuba. Elle a l’avantage de l’histoire et la facilité de tisser des liens culturels, commerciaux et économiques.

Cuba et son allié africain, un partenariat émergent pour le développement

Cuba dispose de l’un des meilleurs systèmes de santé au monde. Pendant la crise épidémique d’Ebola, des médecins cubains se sont rendus, avec du matériel de haute portée technologique, dans les foyers de propagation d’Ebola en Afrique noire. A titre de comparaison, Cuba a fait dépêcher de toute urgence près de 500 médecins et personnel médical pendant que la Chine, les Etats-Unis ou la France en envoyaient un peu de la moitié. Il est impérieux de promouvoir des accords de coopération bilatérale entre pays africains et Cuba ou dans le cadre d’un dispositif multilatéral porté par l’Union Africaine de favoriser la formation des médecins africains et le transfert de compétences pointues en matière médicale avec l’île.

D’autres domaines sont également utiles à apprécier comme l’éducation. A ce niveau également, le système éducatif cubain, le meilleur d’Amérique Latine et des Caraïbes, est l’un des plus compétents voire compétitifs. Selon une étude la Banque mondiale, un investissement hors-pair est mis sur la priorité éducative et la formation des professeurs. Ainsi, « aucun corps enseignant de la région – latino-américaine et caribéenne- ne peut être considéré comme étant de haute qualité en comparaison avec les paramètres mondiaux, à la notable exception de Cuba ». Ainsi, sur un continent globalement carrent sur la question de l’éducation a tout à gagner en s’inspirant de modèles de réussite que pourrait offrir un programme de partage d’expériences avec Cuba.

Il faut clairement que l’Afrique se positionne, de façon spécifique par pays, ou par le biais de l’institution continentale, pour la promotion d’une coopération sud-sud dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la culture, du tourisme, du commerce. Dans ce monde extrêmement clivé entre le Nord et le Sud, les pays développés et les nations en voie de développement, il est plus que nécessaire de défendre l’idéal d’une coopération avec Cuba ou d’autres pays du Sud ou considérés comme tels, au nom du réalisme politique et de l’émergence de nouveaux modes d’actions.

Régis HOUNKPE,
Analyste géopolitique, Directeur associé d’Interglobe Conseils
Pour l’Afrique des Idées
terangaweb.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here