Home Société Maroc : le mouvement du 20 février du rappeur Mouad Belghawat encore debout ?

Maroc : le mouvement du 20 février du rappeur Mouad Belghawat encore debout ?

Le rappeur Mouad Belghawat, le chanteur du mouvement du 20-Février est sorti ce jeudi de prison après avoir purgé une peine de quatre mois pour "atteinte à agents des forces de l'ordre" . Le mouvement du 20 février très actif durant le printemps arabe existe encore mais son action est très limitée aujourd'hui.

181
0
SHARE
Mouad Belghawat, rappeur marocain.

Il est l’une des figures emblématiques du mouvement du 20 février, Mouad Belghawat, le rappeur marocain a porté cet élan né durant le Printemps arabe qui a ébranlé plusieurs régimes autoritaires en 2011. Âgé de 26 ans, celui que l’on surnomme le « rancunier » (« Lhaqed ») est sorti en fin de matinée d’une prison de Casablanca, la capitale économique du pays. Mouad Belghawat avait été arrêté en mai en marge d’une rencontre de football à Casablanca puis condamné à quatre mois de prison pour « ébriété sur la voie publique » et « atteinte à agents des forces de l’ordre ». Il reste maintenant dans l’attente de son jugement en appel le 13 octobre prochain. Sa condamnation avait été dénoncée par Human Rights Watch, l’ONG avait souligné que le rappeur du mouvement du 20 février risquait un procès inéquitable et politique. En moins de trois ans, Mouad Belghawat a été condamné trois fois. Lauréat 2012 du prix de l’intégrité de l’ONG Transparency Maroc, Mouad Belghawat a déjà purgé une peine d’un an pour outrage à la police après un clip diffusé sur You Tube.

Un nouveau souffle pour le mouvement du 20 février?

Sa sortie de prison ce jeudi pourrait bien relancer le débat autour du mouvement du 20 février. Si ses membres dénoncent encore aujourd’hui une répression du pouvoir marocain à l’égard de Mouad Belghawat, leurs activités ont fortement déclinées. Le mouvement du 20 février s’est essoufflé après l’adoption par le royaume chérifien d’une nouvelle constitution en 2011 marquée par des réformes politiques et sociales. La particularité du mouvement peut être considérée comme une faiblesse ou bien au contraire une force. En effet, il n’a jamais remis en cause la monarchie. Et pourtant, son impact a bien été réel au point que le pouvoir a pris en compte ses revendications sur le plan social et politique. Pour beaucoup, il s’agit avant tout d’un mouvement social qui est bien antérieur à 2011. Celui-ci s’est toujours exprimé à travers des manifestations de chômeurs, des syndicats, etc. Si son action est fortement réduite aujourd’hui, le mouvement du 20 février reste en veille, prêt à se remobiliser dans la rue…

Sylvain Griout

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here