Home À LA UNE L’Algérie renforce sa sécurité à la frontière avec le Maroc

L’Algérie renforce sa sécurité à la frontière avec le Maroc

59
0
SHARE

L’Algérie a annoncé que la sécurité à sa frontière avec le Maroc allait être renforcée. De nouvelles tranchées vont être creusées avec pour but principal affiché de lutter contre l’immigration et les trafiquants.

C’est une annonce qui ne va pas arranger les relations entre le Maroc et l’Algérie. Alger a décidé de creuser plus tranchées à la frontière avec le Maroc pour lutter contre le trafic de drogue, la contrebande et l’immigration clandestine. Outre ce creusement, un important dispositif humain sera aussi déployé. Si on ignore le nombre exact de militaires qui seront présents dans la zone, le contingent devrait être conséquent. D’autres mesures seront prises comme la pose de caméras de vidéo protection et la mise en place d’un dispositif de prévention qui, cependant, n’a pas été détaillé.

Cette décision intervient comme une réponse aux autorités marocaines qui de leur côté on presque terminé la construction d’une clôture entre les deux pays. La séparation entre les deux pays devrait s’étendre sur une distance plus longue qu’initialement prévue et au minimum sur 120 kilomètres de Saïdia à Jerada en passant par Oujda. La construction de cette clôture barbelée n’en fini plus d’empoisonner les relations diplomatiques entre les deux pays depuis que les médias, notamment espagnols, ont sorti l’affaire fin 2013. Néanmoins nous sommes aujourd’hui bien éloignés des 450, peut-être même 750 kilomètres de clôture dont le journal espagnol El Pais parlait il y a 9 mois.

La surenchère

Si la construction d’une clôture est actée dans les faits, l’objectif affiché par Rabat a bien changé entre la fin de l’année dernière et aujourd’hui. Les autorités affirment désormais qu’il s’agit de lutter contre le terrorisme alors que précédemment c’était la lutte contre l’immigration et le trafic qui avait été mise en avant. Il en effet évident que le contrôle des flux de populations ou de marchandises est impossible pour le moment sur une distance aussi importante que celle qui sépare l’Algérie du Maroc. S’il est très difficile d’aller de l’Algérie au Maroc ou du Maroc à l’Algérie de Saïdia à Touissit, c’est ensuite un jeu d’enfant. Selon plusieurs sources qui s’étaient exprimées il y a plusieurs mois, ce projet serait inscrit dans le prolongement de celui qui visait à régulariser près de 40.000 clandestins.

La confirmation de la mise en place de la clôture a été faite alors que la pression migratoire est de plus en plus importante au Maroc et notamment au niveau de la frontière avec Melilla, l’enclave espagnole et porte d’entrée de l’Union européenne. Ces derniers mois, ce sont plusieurs milliers de clandestins qui ont tenté de pénétrer de force sur le territoire espagnol avant d’être violemment repoussés par la police marocaine. Du côté de Ceuta, autre frontière avec l’Espagne, la situation n’est pas plus simple et là aussi les problèmes migratoires font redouter que la situation dégénère. A Melilla où le nombre de places en structure d’hébergement pour les immigrés n’excède pas 480, il y a désormais de gros problèmes puisque près de 2.500 personnes sont présentes sur le territoire.

Du côté de l’Algérie le creusement des tranchées et la mise en place d’un très important dispositif de protection sont justifiés par la volonté de lutter contre le trafic de drogue en particulier qui n’a de cesse de progresser dans la zone. Selon Alger ce sont plus de 100 tonnes de cannabis marocain qui ont été saisies depuis le début de l’année. Il y a également l’aspect migratoire qui a été mis en avant comme c’est le cas pour le Maroc. Selon les autorités algériennes, les candidats à l’immigration sont de plus en plus nombreux à se rendre sur le territoire en vue de rejoindre la Libye, puis l’Europe.
Néanmoins entre la mise en place de la clôture barbelée côté Maroc et le renforcement de la sécurité du côté Algérie, les clandestins seront alors obligés de passer par d’autres endroits beaucoup plus risqués. Les populations migrantes devront passer par le désert ou par des zones mauritaniennes où des mines antipersonnel sont encore disposées. D’autres pointent également du doigt la présence de groupuscules de trafiquants qui pourraient bien mettre à profit ce nouveau marché.

Plus de vingt ans après la fermeture de la frontière entre les deux pays la situation ne cesse de se durcir. Avec ce cloisonnement de plus en plus important, le Maroc et l’Algérie mettent à mal l’hypothèse d’une réouverture des frontières à moyen terme.

La Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here