Home Politique Entretien avec Daniel Cohn-Bendit : «L’opération Sangaris en Centrafrique insuffisante»

Entretien avec Daniel Cohn-Bendit : «L’opération Sangaris en Centrafrique insuffisante»

Vendredi 14 février, s'est déroulé au Sénat un colloque sur l'Europe de la Défense en présence notamment de Daniel Cohn-Bendit . Dans un entretien accordé à Afriqueinside, le député vert européen est revenu sur la situation chaotique en République Centrafricaine et l'intervention française.

448
0
SHARE
Euro-député Daniel Cohn-Bendit. (@Wikimedia Commons)

Afriqueinside.com : En Centrafrique, la situation reste chaotique. Après le conflit inter-religieux, on parle aujourd’hui d’épuration ethnique. Pourtant, l’armée française est présente sur le terrain depuis le 5 décembre. Est-ce que ce n’est pas un échec de l’engagement militaire français en Centrafrique?

Daniel Cohn-Bendit : Disons que l’opération telle qu’elle est menée ne semble pas suffisante, de dire que c’est un échec oui, si on veut arrêter les massacres et que les massacres continuent ce n’est pas un succès. Tout le problème est de savoir, est-ce qu’en mobilisant plus de force, donc avec les européens, est-ce qu’on serait capable de séparer si on veut ceux qui s’entretuent, je crois que oui mais c’est extrêmement difficile.

Afriqueinside.com : Reste que le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, avait promis une intervention rapide et aujourd’hui le mandat de Sangaris est prolongée de six mois ?

Daniel Cohn-Bendit : Ils (La France et l’Europe, ndlr) sont en train de construire, ils ont la possibilité d’un renforcement mais le rythme et les possibilités de décision en Europe sont longs et vu de Centrafrique je l’imagine c’est encore trop long, car c’est vrai que chaque jour perdu laisse voir la situation s’enfoncer de plus en plus.

« CE N’EST PAS TOUJOURS UN AVEU D’ECHEC. C’EST INSUFFISANT, ILS ESSAIENT, IL N’Y A PAS DE BAGUETTE MAGIQUE »

Afriqueinside.com : En attendant la France se retrouve  seule et attend toujours un renfort européen ?

Daniel Cohn-Bendit : Ce n’est pas toujours un aveu d’échec, c’est insuffisant, ils essaient, il n’y a pas de baguette magique dans cette histoire c’est vrai que la France, présente également au Mali, attend maintenant un coup de main des européens mais comme pendant des années on n’a pas amélioré les structures de décisions on est dans la situation dans laquelle on est.

« ON A L’IMPRESSION DE FAIRE SUR SURPLACE DANS LA CONSTRUCTION EUROPEENNE »

Afriqueinside.com : À l’aube d’une nouvelle étape pour votre carrière est-ce que l’Europe de la Défense n’est pas votre plus grand regret?

Daniel Cohn-Bendit : Mon regret ce n’est pas l’Europe de la Défense c’est que dans la construction européenne, le partage de souveraineté qui doit nous amener à une autre défense européenne avance trop lentement parce qu’il y trop des réticences, parce qu’il a des angoisses il y a même des populations qui veulent revenir en arrière, bon mon plus grand regret c’est qu’on a l’impression de faire un peu de surplace dans la construction européenne aujourd’hui….

Afriqueinside.com : Et du coup que peut apporter l’Europe de la Défense à l’Afrique, notamment sur la construction de sa Force Africaine en Attente ?

Daniel Cohn-Bendit : Et en fait on voit exactement la même chose. Les Africains tournent aussi en rond dans le système de  la Force Africaine en Attente mise en place il y a quelques années pour intervenir lorsqu’il y a des conflits en Afrique, c’est exactement la même situation.

Propos recueillis par Viviane Forson

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here