Home À LA UNE Chine-Arabie Saoudite : jeu d’influence économique et diplomatique

Chine-Arabie Saoudite : jeu d’influence économique et diplomatique

61
0
SHARE

Le roi Salmane d’Arabie Saoudite est arrivé ce jeudi en Chine où il a été accueilli par le président Xi Jinping pour sa première visite officielle dans ce pays depuis son accession au trône en 2015. Sa venue intervient alors que Pékin, très dépendant du pétrole saoudien, cherche à jouer étendre son influence dans le Golfe.  

Par la rédaction

Une visite quasi-historique, la deuxième depuis que l’Arabie Saoudite et la Chine ont noué des relations diplomatiques en 1990. Mais que vient chercher Ryad en Chine? Le roi Salmane d’Arabie Saoudite âgé de 81 ans est venu dans le but de discuter « or noir ». En effet, l’Arabie Saoudite est le premier exportateur mondial de pétrole au monde et la Chine, le premier importateur. Objectif de cette visite, le marché chinois de plus en plus concurrentiel. Il faut dire que plus proche de la Chine, la Russie est devenue le premier fournisseur de Pékin en  2016 devant l’Arabie.

Une visite qui s’inscrit dans le cadre d’une tournée du souverain sunnite en Asie qui l’a conduit au Japon, en Malaisie et en Indonésie dans un contexte diplomatique particulier : depuis que l’administration Obama s’est rapproché de son rival chiite  l’Iran, rien ne va plus entre Ryad et Washington. Dès lors, Ryad voit un intérêt certain à consolider ses relations avec l’Asie notamment en attendant de voir Donald Trump bouger au Moyen-Orient et revenir sur l’accord de 2015 sur le programme nucléaire de l’Iran négocié avec six puissances dont la Chine.

Pragmatique comme à son habitude, Pékin cherche à jouer les médiateurs dans la crise profonde entre  Ryad et Téhéran pour préserver ses intérêt au Moyen-Orient. La Chine constitue le premier partenaire commercial de Ryad. Elle entend bien le rester et étendre son influence dans la zone tandis que Ryad qui fournit du pétrole au royaume sunnite depuis une quinzaine d’année , espère conserver ce quasi-leadership malgré la présence russe sur ce marché.

Signe fort de la consolidation entre l’Arabie Saoudite et la Chine, le début d’une coopération militaire en octobre dernier. Les deux nations ont réalisé des exercices anti-terroristes commun et partagent sans aucun doute des craintes voire une obsession commune pour leur sécurité respective.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here