Home Société Burkina Faso : toujours le mystère autour du défunt Thomas Sankara

Burkina Faso : toujours le mystère autour du défunt Thomas Sankara

Toujours pas de réponse à la demande d'exhumation du corps de l'ancien président burkinabé Thomas Sankara assassiné en 1987. La justice burkinabé qui devait statuer mercredi 5 mars a reporté sa décision au 2 avril prochain.

616
0
SHARE

27 ans après sa mort, l’ancien président du Burkina Faso Thomas Sankara hante encore les esprits burkinabés. Sa famille et l’ensemble des burkinabés restent dans une attente interminable. Cela fait cinq années que le dossier est en cours. En octobre 2010, ses proches avaient assigné l’état pour obtenir la reconnaissance officielle du lieu où Thomas Sankara a été enterré après son assassinat lors du coup d’état du 15 octobre 1987. Ils demandent à la justice de leur pays l’autorisation de procéder à des test ADN pour identifier la tombe de Thomas Sankara et expertiser sa dépouille.

Tous espéraient une réponse en mars dernier mais la chambre civile du tribunal de grande instance de Ouagadougou a décidé de reporter son verdict au 2 avril dernier. Pourquoi ce report alors que l’instruction coure depuis cinq ans? Le tribunal a demandé l’ajout de cinq nouvelles pièces au dossier afin de pouvoir rendre sa décision. Mais au final, il s’est dit incompétent en la matière. Dans l’entourage familiale de Thomas Sankara, on prend son mal en patience tout en promettant de livrer les pièces complémentaires exigées mais dans le même temps, ses proches ont a du mal à croire à l’indépendance de la justice burkinabé. L’avocat de la famille, Me Bénéwendé Sankara,non parenté avec l’ancien président, doute sérieusement que la justice rende un jour son délibéré.

Sankara, un dossier gênant pour les autorités burkinabés et la France ?

Président du Burkina Faso de 1983 à 1987, Thomas Sankara est considéré comme une figure emblématique burkinabé. Le 4 Août 1983, ce dernier prend possession de la Haute-Volta par un putsch qu’il rebaptise le Burkina Faso , la patrie des « hommes intègres ». Il incarne dés lors la révolution burkinabé. Lui et quatorze frère d’armes furent assassinés lors du coup d’état du 15 octobre 1987 qui porta au pouvoir l’un de ses proches, l’actuel président Blaise Compaoré. Tous ont été enterrés au cimetière de Dagnoën à Ouagadougou, sans que leurs familles puissent les identifier. Le mystère autour la sépulture de Thomas Sankara reste entier. Celui-ci serait mort naturellement selon la version d’un médecin militaire. Mais en réalité, sa famille soutient une autre hypothèse, celle de son assassinat avec la complicité notamment de la France avec qui Thomas Sankara était en froid. Aidé par la France, certains pays voisins et surtout la Libye dirigée alors par le colonel Kadhafi, Blaise Compaoré est soupçonné d’être responsable de sa disparition.

En avril 2006, l’état burkinabé a été sommé par le Comité des droits de l’homme de l’ONU d’élucider l’assassinat de Thomas Sankara, d’authentifier le lieu de l’enterrement, d’assurer à la famille les moyens d’une justice impartiale ainsi que l’octroi de dédommagements.

Sylvain Griout

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here