Home À LA UNE Algérie : un groupe lié à l’Etat islamique revendique l’enlèvement d’un français...

Algérie : un groupe lié à l’Etat islamique revendique l’enlèvement d’un français

60
0
SHARE
Le massif du Djurdjura en Kabylie, à l'est de l'Algérie (Crédits: Wikimedia Commons)

C’est un acte terroriste en lien direct avec la situation en Irak et en Syrie.  Le rapt d’un français en Kabylie a été revendiqué par un groupe terroriste lié à l’Etat islamique. Les ravisseurs ont menacé de tuer l’otage dans un enregistrement video où l’on voit Hervé Gourdel, 55 ans, assis avec autour de lui deux hommes masqués. Alors que l’information a été portée à la connaissance du grand public il y a quelques heures, le Quai d’Orsay n’était visiblement pas au courant. Il semble que selon diverses sources citées par l’AFP, l’enlèvement se soit déroulé à Tizi Ouzou. La victime était en randonnée avec un groupe d’amis algériens. Les ravisseurs auraient explicitement décidé de choisir le français du groupe.

Ce rapt intervient alors que l’Etat islamique a appelé à s’en prendre à tous les citoyens des pays faisant partie de la coalition qui s’est mise en place en Irak pour stopper l’avancée des djihadistes. « La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous efforcer de tuer tout infidèle, qu’il soit Français, Américain ou d’un de leurs pays alliés », a déclaré le porte-parole du groupe, Abou Mohamed al Adnani, dans un message audio diffusé lundi. « Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munitions, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle ou n’importe lequel de ses alliés. Ecrasez-lui la tête à coup de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le », poursuit-il.

La Kabylie zone dangereuse ?

Ce n’est pas la première fois qu’un enlèvement ou un attentat a lieu en Kabylie, zone montagneuse où la sécurité est parfois défaillante. Des terroristes sévissent toujours dans la région malgré une présence importante de militaires. En avril dernier, onze militaires et 3 assaillants ont été tués lors d’une opération terroriste qui s’est déroulée dans la région. Selon le ministère de la Défense, qui avait fait l’annonce à l’époque, « un détachement de l’Armée nationale populaire relevant du Secteur opérationnel de Tizi-Ouzou » a été pris pour cible alors qu’il revenait d’une « mission de sécurisation de l’élection présidentielle ». C’est dans le secteur d’Iboudrarène que l’attaque avait eu lieu.

Cette nouvelle attaque ramène la question du terrorisme sur le devant de la scène. Si il n’a aujourd’hui aucune mesure avec ce qu’il était par le passé, le président Abdelaziz Bouteflika et les militaires ne sont pas parvenus à éradiquer complètement le phénomène du territoire. Malgré les ratissages et la saisie régulière d’armes en tous genres, les terroristes restent actifs. C’est presque uniquement contre les forces de sécurité et les militaires que les attaques se concentrent en général. Casernes, barrages, points de contrôles, sont autant de lieux qui peuvent être visés par des attaques, notamment en Kabylie. L’objectif d’Alger depuis des années est de contenir le phénomène pour qu’il ne puisse pas s’étendre. La configuration de la zone montagneuse, que représente la région n’a jamais permis aux forces régulières de capturer tous les terroristes. Présentés comme des membres appartenant à Al Qaïda au Maghreb islamique, il est néanmoins très probable que d’autres groupuscules agissent.

Si la zone est parfois risquée, le rapt d’une personne étrangère et plus spécifiquement française est très rare. Avec cet acte terroriste sur son territoire, l’Algérie se retrouvera indirectement et malgré elle entrainée dans le conflit qui a lieu en Irak.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here